LE CARNET DE NOTES DE Isabel López

Isabel López Vilalta - Isabel López Vilalta + Asociados - Barcelona/Madrid

Celler de Can Roca, Restaurante Filandón, Hotel Omm, Hotel Eme, Oficinas de Alta Dirección (Sant Cugat del Vallés), Escuela de inglés What’s up (Barcelona)…

1 – C’est qui Isabel López? 

Une intérioriste.

2 – Quand avez-vous découvert que vous vouliez devenir intérioriste?

Depuis plusieurs années.

3 – Un intérioriste de référence pour vous…

Nationaux : Pepe Cortés, Fernando Amat. Internationaux : Christian Liagre, Petra Blaise.

4 – Si vous n’étiez pas devenu intérioriste, vous vous auriez consacré à…

À une autre activité créative.

5 – Un défaut et une vertu.

Je préfère que les autres le découvrent par eux-mêmes.

6 – Comment est votre maison?

Chaleureuse, accueillante, lumineuse, tranquille, confortable, fonctionnelle et durable.

7 – Le dimanche est le jour pour…

Se reposer, lire, se promener, passer un bon moment avec les amis et la famille…

8 – Un endroit où chercher l’inspiration.

Il n’y a pas d’endroit précis, ils sont nombreux et variés. J’ai trouvé l’inspiration à des moments de travail intense, en rentrant fatiguée chez moi tard le soir, en me reposant dans un transat, ou à des moments de loisir comme un spectacle de danse, opéra ou au cinéma.

Par exemple, en regardant un bon film comme « The Pillow Book » de Peter Greenaway, en visitant une exposition de Christiane Löhr ou lors d’un voyage. Par déformation professionnelle, quand je voyage, je visite des restaurants, des bars, des boutiques, des hôtels que je considère intéressants. J’en profite également pour visiter des œuvres architecturales de style contemporain ou des œuvres classiques du design comme la Maison de Verre de Pierre Chareau à Paris, référence incontournable pour tout intérioriste.

9 – Quel est le dernier livre que vous avez lu?

« La grande embrouille » de Eduardo Mendoza… un oasis parmi tant de problèmes, avec une touche de bonne humeur qui parodie la crise, l’euro et des personnages qui, bien que fictifs, sont de toute actualité.

10 – En 15 ans…

J’espère pouvoir continuer à te répondre.

11 – Quand vous pensez à l’intériorisme, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit?

Expérimenter. Le talent, la créativité, les idées et la pensée ne sont pas en crise.

12 – Crayon ou ordinateur?

Crayon pour moi, ordinateur pour mon équipe.

13 – Comment définiriez-vous votre travail?

Dans mon travail j’aime transmettre la beauté, la cohérence, la paix, la sérénité, la culture et le métier. Mais aussi les risques, le sens de l’humour et une certaine imposture.

J’aime penser que mon travail est lié à la culture et à la construction. Un travail bien fait et bien soigné peut être très émouvant pour moi. De la même façon, visiter une exposition ou regarder un film ou un spectacle de danse peuvent m’inspirer.

14 – Un projet dans lequel vous aimeriez participer.

Capable de répéter les expériences très positives que j’ai vécu jusqu’à présent, avec de nouveaux clients de différentes cultures, pour continuer à apprendre en prenant du plaisir à faire mon travail.

J’aime beaucoup l’American Bar à Vienne de Adolf Loos. Pour moi, c’est un petit bijou. Il continue à être un intérieur capable de créer une atmosphère personnelle en dehors de la mode.

15 – Quelle est votre opinion sur l’intériorisme espagnol?

Le design et l’architecture sont le reflet de la réalité dans laquelle ils se développent.

Après une période d’excès, une période de calme s’en suit toujours. Le design d’intérieur a toujours essayé de trouver une solution à un besoin. C’est une activité liée à l’usage.

Le pavillon Catalogne et Baléares a attiré mon attention l’été dernier à la Biennale de Venise. Je pense qu’il s’agit d’un bon exemple du type d’architecture actuelle qui est si intéressante. Un design plus lié aux nécessités de l’usager. Un design plus généreux, moins histrionique. Fait avec moins de ressources, mais pas moins expressif pour autant.

16 – Comment maintenir votre propre style tout en répondant aux besoins de vos clients?

J’obtiens mon style en essayant de capter les souhaits et les désirs du client.

C’est cette incertitude qui fait que tu sois plus alerte et plus rapide dans les décisions à prendre.

Il faut avoir une attitude plus proche de l’entrepreneur, en ajoutant nos connaissances aux siennes.

17 – Dans votre travail, qu’est-ce que vous faites le mieux et avec quoi vous avez du mal?

J’essaye de m’éloigner de la mode et de faire mon métier de façon plus permanente et moins imposée. Bref, à mon avis, d’une façon plus durable.

18 – Votre recette pour réussir.

Quand je débute un nouveau travail, j’aime m’informer sur l’histoire et les antécédents du projet. Dans la mesure du possible, j’aime ressentir les qualités du lieu que je vais décorer. La couleur, la lumière, la température, les proportions…

De même, il est indispensable d’établir une connexion totale avec le projet à réaliser. Si, en plus, on s’entend bien avec le client, le succès est garanti.

19 – Quel est le rôle des produits naturels dans vos projets?

Concernant les matériaux, le moment actuel est d’une grande intensité. Des centres de matériaux tels que le Materfad du FAD en constituent un bon exemple.

20 – Pour vous, le produit phare de L’Antic Colonial c’est…

Terracotta de Village Curry – Éviers en marbre

Envoyer un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Would you
like us
to inspire your
interior space?

 Professional Individual