#LE CARNET DE NOTES DE Carlos Jiménez

Carlos Jiménez - Carlos Jiménez Studio - Houston, Texas, EUA.

Houston Fine Art Press, Jiménez Studio complex, Museum of Fine Arts Houston Administration building, Spencer Studio Art Building dans le Williams College, Irwin Mortgage Headquarters, Cummins Engine Chile Development Center, DePauw Peeler Art Center, Rice University Library Service Center, Crowley House, Whatley Library, Rice University Data Center, Crowley Theater Addition et Tyler School of Art…

 

1 – C’est qui Carlos Jiménez?

Je suis un architecte ayant son propre cabinet à Houston, aux États-Unis, et professeur à Rice University dans cette même ville. Je suis né à San José, Costa Rica, en 1959. Actuellement, je suis résident permanent aux États-Unis depuis 1974.

2 – Quand avez-vous découvert que vous vouliez devenir architecte? 

Étant enfant, j’adorais construire des maisons dans les arbres, mais aussi des maisons pour les animaux dans les deux exploitations agricoles (de café et de riz) de mes parents.
Je n’y connaissais rien à l’architecture en tant que profession, et pourtant j’éprouvais une forte volonté de construire. Depuis toujours, j’ai le souvenir d’être choqué par la force vitale de l’architecture, qui est capable de transformer un lieu ou un moment au cours du temps.

 3 – Un architecte de référence pour vous… 

Très nombreux, mais sans aucun doute je pourrais citer Louis Kahn, Luis Barragán, Alvar Aalto, Aldo Rossi et les premiers travaux d’Alvaro Siza.

4 – Si vous n’étiez pas devenu architecte, vous vous auriez consacré à…

Poète ou réalisateur de cinéma.

5 – Un défaut et une vertu.  

Je suis assez lent pour finir un travail et, en même temps, j’apprécie beaucoup cette lenteur de l’architecture.

6 – Comment est votre maison? 

Elle est petite pour les standards constructifs de Houston mais assez spacieuse, donnant sur un jardin exubérant. Ses murs sont inondés de fenêtres qui se mimétisent avec le paysage et se fondent au-delà des cadres. Tous les jours, le silence qu’enferme ces murs me touche et me permet d’écouter en même temps tous les sons possibles.

7 – Le dimanche est le jour pour…

Lire tôt le matin le New York Times (de haut en bas, de droite à gauche…), lire aussi d’autres choses, écouter de la musique ou regarder un film l’après-midi.

8 – Un endroit où chercher l’inspiration. 

Je voyage régulièrement à Marfa (sud-ouest du Texas) à cause du travail ; c’est un paysage réparateur.  Chaque voyage purifie mon esprit et, soudain, je vois tout plus clairement. C’est toujours inspirateur d’avoir une vision claire sur les choses : ça te permet de te libérer et de te concentrer à la fois.

9 – Quel est le dernier livre que vous avez lu? 

La dernière biographie de Bob Dylan, mon artiste préféré, que je considère indispensable.

10 – Dans 15 ans… 

Je ne sais pas vraiment quoi dire, je suis seulement capable d’imaginer à quoi ressemblera le jour de demain, et il y a toujours des surprises. Malgré l’obsession moderne de tout avoir rapidement et de l’obsolescence des choses, j’imagine l’avenir comme un futur toujours défiant.

11 – Quand vous pensez à l’architecture, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit?

La beauté d’un matériau, l’immortalité d’une fenêtre, la discrétion d’un détail, le plaisir formidable que génère l’espace et le temps, tout simplement.

12 – Crayon ou ordinateur? 

Les deux, mais le crayon est plus rapide et plus audacieux.

13 – Comment définiriez-vous votre travail? 

Une réflexion constante et continue de la façon dont l’architecture nous aide à vivre mieux et pourquoi elle nous aide à vivre avant tout.

14 – Un projet dans lequel vous aimeriez participer. 

Une chapelle sans aucune affiliation religieuse.

15 – Quelle est votre opinion sur l’architecture espagnole? 

C’est une des meilleures, des plus solides et des plus diversifiées sur la scène mondiale. L’architecture espagnole se distingue par rapport à d’autres pays par sa qualité supérieure, notamment par sa grande force constructive et urbaine. Une certaine partie de l’architecture espagnole s’inspire plutôt des tendances globales, comme c’est souvent le cas ailleurs sur la planète ; ce type d’architecture est souvent aussi la moins intéressante.

16 – Comment maintenir votre propre style tout en répondant aux besoins de vos clients?

Le style ne m’empêche pas de dormir ; je suis très proche de mon travail et j’essaie de respecter cette distance. J’imagine qu’il y a certaines nuances, certains intérêts ou des détails précis bien reconnaissables dans mon travail et qui consolident une œuvre en constante évolution.

17 – En architecture, qu’est-ce que vous faites le mieux et avec quoi vous avez du mal?

Mon point fort c’est de pressentir rapidement la résolution conceptuelle d’un projet. Ce que je trouve le plus difficile c’est de terminer à temps, tout simplement parce que je ne veux pas mettre fin au travail.

18 – Votre recette pour réussir. 

Se lever chaque matin en sachant que tous les jours il faut dire merci et mériter notre liberté en tant qu’être humain, en tant que penseur.

19 – Quel est le rôle des produits naturels dans vos projets?

Ils sont indispensables, mais je ne mets pas trop l’accent sur eux ; ils sont là pour suggérer, pour proposer des textures, des qualités ou pour enrichir avec sa beauté ou sa simplicité.

20 – Pour vous, le produit phare de Porcelanosa Group c’est…

Je dois reconnaître que les cuisines de Porcelanosa sont d’une qualité exceptionnelle, au même niveau que les allemandes ou italiennes.

Envoyer un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Would you
like us
to inspire your
interior space?

 Professional Individual